Flash info

Covid19 : retrouvez le détail des mesures en oeuvre dans nos EMS en consultant le Plan de Protection de la Fondation

24/11/20

Covid-19 : les mesures de protection dans nos EMS

Un plan de protection en 3 niveaux

Depuis le mois de mars 2020, la Fondation âge d’or a mis en oeuvre son plan de protection contre l’épidémie de covid-19. Celui-ci s’articule en trois niveaux, selon la situation épidémiologique dans les deux EMS. L’objectif est d’adapter les mesures à la situation : soit pour prévenir les risques de contamination des résidants par une source extérieure soit lorsque des cas positifs sont identifiés, pour limiter la propagation du virus dans l’institution. Il est adapté régulièrement en fonction de l’évolution du contexte et des mesures officielles.

Le cas des résidants arrivant de l’extérieur

La Fondation a mis en ouvre un plan de protection dédié à la question des entrées de nouveaux résidants et des retours de sorties extérieures des résidants des deux EMS. L’objectif est de limiter au maximum les risques que le virus pénètre dans les établissements, en confinant dans leur chambre les personnes revenant d’un environnement non contrôlé (séjour chez un proche, passage dans un hôpital comptant des cas de covid…).

Les gestes barrières pour tous, meilleurs remparts contre le virus !

  • Port obligatoire du masque chirurgical dès l’entrée dans l’établissement pour toute personne de plus de 12 ans.

  • La distance de 1,5 mètre doit être recherchée en tout temps et par tout le monde (couloir, vestiaires, bureaux, à table, ascenseurs…)

  • L’hygiène des mains est obligatoire dès l’entrée et régulièrement ensuite.

  • Les données des visiteurs sont collectées afin d’assurer la traçabilité des contaminations. Elles sont détruites dans un délai de 14 jours

Protéger sans isoler, le juste équilibre

Nos institutions sont par essence des lieux de vie, ouverts sur l’extérieur. Les entrées et les sorties entièrement libres. Jamais, dans toute leur histoire, leurs portes n’avaient été fermées. Pour la première fois, compte-tenu de la vulnérabilité des personnes âgées face au covid19 et des mesures de confinement adoptées par les autorités, la Fondation a pris toutes les dispositions pour sensibiliser les résidants et leurs proches, expliquer la nécessité de cette clôture temporaire et adapter toute la politique d’accompagnement à cette nouvelle réalité.

Car, pas question d’ajouter à l’isolement physique, un isolement social, dont on sait à quel point il peut nuire à la santé des personnes âgées, en particulier celles qui présentent des troubles cognitifs. Comment les contraintes liées à la crise sanitaires peuvent-elles inspirer de nouvelles manières de construire le lien entre les résidants et le monde extérieur ? Comment anticiper les risques physiques et psychosociaux induits par le confinement ? La réponse à ces défis est interdisciplinaire, chaque collaborateur participant au même effort, qu’il soit issu des soins, de l’animation, de l’intendance, du service en salle à manger, de la cuisine, de la logistique ou de l’administration. Pas de barricades ni de parloir en plexiglas ; mais des échanges épistolaires et vidéos, puis dès le 17 avril, des visites en extérieur sur les terrasses, dans un espace chaleureux aménagé, et sur rendez-vous, dans le respect de la distance sociale. Le lien n’a jamais été rompu. Tout au long de cette période critique, des dérogations ont été accordées aux personnes en fin de vie afin d’assurer à leurs proches la possibilité de se rendre à leur chevet.

Confinement n’a jamais rimé avec enfermement. Dans les périodes de confinement préventif, les résidants sont encouragés et non contraints à rester le plus possible dans leur chambre pour ralentir la propagation du virus. Mais tout le dispositif a été aménagé pour ne pas les isoler : en chambre, dans les corridors, dans des sorties quotidiennes individuelles, la santé physique et psychique de nos résidants reste notre première préoccupation. Enfin, une grande attention a été portée aux nouveaux résidants. Parce que l’entrée en EMS est toujours un passage délicat. La situation sanitaire l’a rendu encore plus difficile, limitant les possibilités de visite des lieux en amont, imposant une contrainte d’isolement préventif en chambre, éloignant la famille. Ces nouveaux hôtes sont accompagnés de manière rapprochée par une équipe interdisciplinaire.

Une task force cantonale pour coordonner la gestion de la crise dans les EMS

A l’initiative du directeur de la Fondation âge d’or, alors président de l’Adepag (Association des Directeurs d’EMS de Genève), Philippe Guéninchault et pilotée par la Fegems, la Task Force a été créée au début du mois de mars. Regroupant des représentants de tous les métiers de l’EMS (association des médecins répondants, des infirmiers chefs, des intendantes) et aux côtés des deux faîtières genevoises et de la direction de la santé, la Task Force s’est révélée un interlocuteur privilégié des autorités. Réunie en visio conférence chaque semaine, la Task Force collecte les informations sur le terrain, identifie les problématiques qu’elle transmet aux autorités, met en application les directives officielles, engage les ressources communes mises à disposition. S’appuyant sur l’expertise de ses membres et la réactivité du réseau, la Task force a permis d’établir un plan de crise commun et transversal à tous les EMS du canton, avec en outre la centralisation du matériel stratégique (masques, solutions désinfectantes, thermomètres, oxygène…). Assurant une information régulière à tous les acteurs du secteur depuis le mois de mars, le dispositif a favorisé une gestion coordonnée de la crise et la solidarité entre tous.